Artisan Connect

Évaluation des candidatures pour inscription en 2010 sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité (UNESCO)

Date : 2010-11-15 15:45:02

Description(passages significatifs concernant l'artisanat d'art) CONVENTION POUR LA SAUVEGARDE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL DE SAUVEGARDE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL Cinquième session, Nairobi, Kenya / 15 – 19 novembre 2010 (...) - ARMENIE: Le symbolisme et le savoir-faire des Khachkars, croix de pierre arméniennes Projet de décision: Le Khachkar est une stèle érigée en plein air, sculptée dans la pierre par des artisans en Arménie et au sein des communautés de la diaspora arménienne. Il sert, entre autres, de point focal du culte, de pierre commémorative et de relique facilitant la communication entre séculier et divin. Le Khachkar atteint 1,50 mètres de hauteur avec, en son centre, une croix sculptée de manière ornementale, reposant sur le symbole du soleil ou de la roue de l’éternité, accompagnée de motifs géométriques végétaux, d’animaux et de personnages sculptés dans la pierre. Les Khachkars sont généralement taillés dans la pierre de la région et sculptés à l’aide d’un burin, d’une gouge, d’une pointe fine et d’un marteau. Puis les motifs sculptés sont polis au sable fin. Les petites cassures et les irrégularités sont estompées avec du plâtre d’argile ou de la chaux, puis l’ensemble est peint. Une fois terminé, le Khachkar est mis en place lors d’une petite cérémonie religieuse. Après avoir été béni et consacré, le Khachkar est supposé posséder des pouvoirs sacrés et peut apporter une aide, une protection, une victoire, une longue vie, une mémoire et une médiation pour le salut de l’âme. Sur plus de 50 000 Khachkars en Arménie, chacun a sa propre composition et il n’y en a pas deux pareils. Le savoir-faire des Khachkars se transmet en famille ou du maître à l’apprenti, par l’enseignement des méthodes et des motifs traditionnels tout en encourageant le particularisme régional et l’improvisation individuelle.(...) Dossier: http://www.unesco.org/culture/ich/index.php?lg=fr&pg=00335#6.1 Diaporama: http://www.unesco.org/culture/ich/scripts_php/slideshow-popup.php?id=00434#/culture/ich/img/photo/thumb/02832-LRG.jpg Vidéo: http://www.unesco.org/culture/ich/scripts_php/film-popup.php?id=04635 - AZERBAIDJAN: Le tapis azerbaïdjanais Projet de décision: Le tapis azerbaïdjanais est un textile traditionnel fait à la main en plusieurs dimensions, à la texture dense, noué ou tissé, dont les motifs sont caractéristiques des nombreuses régions de fabrication de tapis azerbaïdjanais. La fabrication de tapis est une tradition familiale qui se transmet oralement et par la pratique. Les hommes tondent les moutons au printemps et à l’automne, tandis que les femmes récoltent les colorants, filent la laine et teignent le fil au printemps, en été et en automne. Le tissage est exécuté pendant l’hiver par les membres féminins du cercle familial élargi, les filles apprenant à tisser avec leur mère et leur grandmère et les brus avec leur belle-mère. Le tapis est confectionné sur un métier à tisser horizontal ou vertical à l’aide de fils de laine, de coton ou de soie multicolores teints avec des colorants naturels. En appliquant des techniques particulières aux tapis noués, les tisserands passent un fil qu’ils nouent autour des fils de chaîne. Les tapis tissés sont diversement faits d’entrelacs de chaînes de structure, de trames et de trames de motifs. La découpe d’un tapis fini sur le métier à tisser est une célébration d’une rare solennité. Le tissage du tapis est étroitement lié à la vie quotidienne et aux coutumes des communautés concernées, et son rôle se reflète dans la signification des compositions et de leurs applications. Ainsi, des filles assises sur un tapis disent la bonne aventure et chantent des airs traditionnels lors du Novruz (le Nouvel An régional). Le tapis est largement utilisé comme pièce d’ameublement ou décoration murale, et des tapis spéciaux sont tissés pour des traitements médicaux, des cérémonies nuptiales, la naissance d’un enfant, des rituels funéraires et pour la prière.(...) Dossier: http://www.unesco.org/culture/ich/index.php?lg=fr&pg=00335#6.2 Diaporama: http://www.unesco.org/culture/ich/scripts_php/slideshow-popup.php?id=00389#/culture/ich/img/photo/thumb/02254-LRG.jpg Vidéo: http://www.unesco.org/culture/ich/scripts_php/film-popup.php?id=03341 - IRAN (République islamique d'): Les savoir-faire traditionnels du tissage des tapis du Fars Projet de décision: Les Iraniens sont réputés dans le monde entier pour leur maîtrise de l’art du tissage des tapis, les tisseurs du Fars, dans le sud-ouest de l’Iran, comptant parmi les plus renommés d’entre eux. La laine utilisée pour les fabriquer est tondue par les hommes de la communauté au printemps ou en automne. Les hommes construisent ensuite le métier à tisser, un cadre horizontal placé à même le sol, tandis que les femmes filent la laine sur des rouets. Les teintures employées (rouge, bleu, brun et blanc) sont pour l’essentiel naturelles et obtenues à partir de plantes : garance, indigo, feuille de laitue, brou de noix, queues de cerises et peau de grenade. Les femmes s’occupent du dessin, du choix des couleurs et du tissage ; elles reproduisent sur les tapis des scènes de leur vie nomade. Elles tissent sans carton (modèle), de sorte qu’elles ne tissent jamais deux tapis avec le même dessin. Le fil teint est noué autour du fil de chaîne pour créer le tapis. Pour finir, les bords sont cousus, l’excès de laine est éliminé pour faire ressortir les motifs et le tapis subit un nettoyage final. Tous ces savoir-faire sont transmis oralement et par l’exemple : les mères apprennent à leurs filles l’usage des matériaux, des outils et des techniques, tandis que les pères entraînent leurs fils à tondre la laine et à fabriquer des métiers à tisser.(...) Dossier: http://www.unesco.org/culture/ich/index.php?lg=fr&pg=00335#6.22 Diaporama: http://www.unesco.org/culture/ich/scripts_php/slideshow-popup.php?id=00382#/culture/ich/img/photo/thumb/02141-LRG.jpg Vidéo: http://www.unesco.org/culture/ich/scripts_php/film-popup.php?id=03746 - IRAN (République islamique d’): Les savoir-faire traditionnels du tissage des tapis à Kashan Projet de décision: À Kashan, ville qui est depuis longtemps le centre du tapis de qualité, près d’un habitant sur trois est employé à la fabrication de tapis et parmi ceux-ci plus des deux tiers sont des femmes. Le processus de fabrication des tapis commence par un dessin, élaboré en puisant parmi un ensemble de styles établis, avec des motifs de fleurs, de feuilles, de branches, d’animaux et de scènes inspirées de l’histoire. Le métier à tisser employé est appelé dar ; les fils de chaîne et de trame sont en coton ou en soie. Le tapis est réalisé en nouant des brins de laine ou de soie sur la chaîne selon une technique appelée point de farsi ; les noeuds sont maintenus en place par un fil de trame, le tout étant tassé à l’aide d’un peigne. Le style de tissage farsi (également appelé noeud asymétrique) est pratiqué à Kashan avec une délicatesse exceptionnelle, dont témoigne le dessous du tapis avec ses noeuds fins et réguliers. Les tapis de Kashan doivent leurs coloris à l’emploi de teintures naturelles, issues notamment de la garance, du brou de noix, de la peau de grenade et de la feuille de vigne. Les savoir-faire traditionnels du tissage des tapis de Kashan sont transmis aux filles par apprentissage auprès de leurs mères et grands-mères. C’est également par apprentissage que les hommes acquièrent les techniques de dessin, de teinture, de tonte des moutons, de fabrication des métiers et outils.(...) Dossier: http://www.unesco.org/culture/ich/index.php?lg=fr&pg=00335#6.23 Diaporama: http://www.unesco.org/culture/ich/scripts_php/slideshow-popup.php?id=00383#/culture/ich/img/photo/thumb/02174-LRG.jpg Vidéo: http://www.unesco.org/culture/ich/scripts_php/film-popup.php?id=03906

http://www.unesco.org/culture/ich/doc/src/ITH-10-5.COM-CONF.202-6-FR.pdf

Name of InstitutionÉvaluation des candidatures pour inscription en 2010 sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité (UNESCO)

Author(s) NameKristen Patin

Added/Updated byKristen Patin



Leave a Reply

© 2009